Découvrez en 4 étapes comment réagir lors d'une entorse

L’entorse de la cheville est le premier des traumatismes, pouvant survenir dans n’importe quelle situation. Parfois banale, il ne faut surtout pas le négliger, en raison de nombreuses récidives, des risques d’instabilité et des séquelles potentielles.

 

 

 

Quelque soit le degré de l’entorse, le traitement médical a appliqué en première intention (dans les 24-72h qui suivent) lors d’une entorse est toujours le même et va se baser comme d’autres traitement sur le protocole « RICE », initiales en anglais de :

 

  • Rest (Repos)
  • Ice (Glace)
  • Compression (Compression)
  • Elevation (Élévation)

 

 

 

La suite du traitement, après un diagnostic médical indispensable, consiste à des séances d’ostéopathie,  de kinésithérapie, au développement de la force, à de l’entrainement proprioceptif et aux bandages fonctionnelles.

 

 

 Repos :

 

Une des premières conséquences de l’entorse est le repos puisque la douleur générée, en général, oblige le repos. Même si la douleur n’est pas intense, le repos est conseillé dans les premières heures ou jours, en fonction du degré de l’entorse. Nous entendons par là, mettre la cheville en décharge pour éviter que le poids de notre corps repose sur cette cheville convalescente.

 

Dans la majorité des cas, c’est la douleur qui va établir le délai de repos.

 

Glaçon :

 

Dans un traumatisme aigüe, comme c’est le cas avec une entorse, on va retrouver une réaction inflammatoire qui donne une augmentation de la température au niveau de la zone et une augmentation de l’apport sanguin à la zone qui va engendrer un œdème. S’il y a une petite rupture au niveau des capillaires une hémorragie se produira (rien d’inquiétant).

 

 

 

Entorse = Inflammation + Œdème + Hémorragie

 

 

 

En utilisant de la glace, on va diminuer ses effets. Important pour réduire: l’inflammation !

 

La glace doit être appliquée durant 15-20min chaque fois en réalisant une séance toutes les 2-4 heures. Dépassé les 24-72h première heures, les effets de la glace s’amenuisent.

 

 

Compression :

 

Durant l’instauration de l’œdème, différentes pressions (intravasculaire, extravasculaire..) entrent en jeu dont le résultat final va déterminer s’il y a un œdème ou non. Si un bandage compressif est effectué sur la zone, nous contrecarrons les effets des différents pressions et diminuons l’amplitude de l’œdème.

 

Élévation :

 

Quand on élève  la cheville, nous favorisons le retour veineux et de cette façon on diminue la pression intravasculaire, qui intervient lors de l’apparition de l’œdème. C’est une mesure de plus pour réduire l’inflammation.

 

Bien évidemment dans cette phase initiale, on évite toute source de chaleur chaude sur la zone  (douche ou bain chaud, pommades chauffantes…).

 

                          

 

En résumé :

Écrire commentaire

Commentaires: 0